Dans un endroit où les dunes rouges et la broussaille s’étendent à l’infini et où toute forme de vie semble impossible, quelque chose de spécial va vous envahir le corps et l’esprit. Non, vous n’êtes pas sur la Lune mais dans le Parc Transfrontalier du Kgalagadi, un des endroits les plus spéciaux au monde…

Cela fait maintenant trois ans que je passe un mois par an au Parc Transfrontalier du Kgalagadi. Parc parfois hostile à cause de ses grandes chaleurs, ses nuits froides, ses tempêtes de sable. Sans compter le caractère parfois capricieux des animaux à se montrer… On adore, ou on déteste.

Je l’ai personnellement eu un coup de foudre. Peut-être parce-que j’ai été chanceuse de voir toute la faune que cet endroit spécial a à offrir. Et parce-que les tempêtes de sable m’on permis de prendre des photos magnifiques.
Le Kalahari vous apprend à respecter la nature, à la comprendre et à être patient.

Selon les saisons, vous savez quels animaux vous aurez le plus de chance de voir, où aller, à quelle heure…
Voici donc mon expérience personnelle pour vous préparer au mieux à visiter ce parc sublime. Le parc est partagé entre l’Afrique du Sud et le Botswana. Bien que la partie Sud Africaine ne représente que le quart des 38 000 mètres carrés du parc, je vous conseille de visiter cette partie en premier avant de vous aventurer dans la partie du Botswana. Hormis si vous êtes ultra bien équipé et un familier de la brousse.
Pour ceux qui n’aiment pas le camping, presque tous les camps offrent des bungalows. Basiques, rien de bien luxueux mais confortables.

Il n’y a aucune réception téléphonique dans tout le parc (hormis à Twee Rivieren), et les 4×4 sont parfois obligatoires si vous vous voulez explorer certains recoins où les routes ne sont parfois que du sable où vous risquez de vous enliser.
Quant à la nourriture… Prévoyez ! Il y a des magasins dans les camps principaux, mais ce ne sont que des produits ou de la viande congelée. Ou bien encore des boites de conserve.

Armez-vous d’un frigo (ceux pour les voitures), d’une provision de fruits et légumes, de bons vins, produits laitiers, etc.…
Pas trop découragés ? Alors on continue !
Twee Rivieren est le camp par lequel vous allez passer en rentrant dans le parc, et où vous allez remplir toutes les formalités administratives du parc.
Bien que ce camp ne soit pas extraordinaire on y voit beaucoup de lions, de meerkats et très souvent, des léopards. En fonction de l’heure à laquelle vous arrivez à Twee Rivieren, il vaut mieux y passer la nuit. Ou pourquoi pas, aller à Xaus Lodge (le seul lodge du parc) ou Kieliekrankie, un camp non clôturé et entouré de dunes rouges. Vous déciderez alors où vous voulez vous rendre. Mais Mata Mata et Nossob restent les deux camps les plus populaires du parc.
Je commence généralement toujours par Mata Mata qui se situe à peu près 3 heures de Twee Rivieren. Situé sur les bords de la rivière de sable Auob et juste à la frontière avec la Namibie, ce camp reste pour moi un des meilleurs pour voir les animaux et surtout les oiseaux.

Si vous pensez camper, le camp offre de nombreux arbres pour vous procurer de l’ombre, et sous lesquels vous passerez incognito pour observer les meerkats résidents qui courent.
Mais ce qui est encore plus sympathique, est le fait que vous pouvez traverser à pied la frontière Namibienne pour vous rendre à une farmstall (épicerie), où vous trouverez la viande de Springbok fraiche qui est absolument délicieuse!

Egalement à essayer, le Kalahari Tented Camp, un camp non clôturé, juste à côté de Mata Mata qui propose des chalets charmants. J’y ai eu la chance de me retrouver nez à nez avec un énorme lion vers 18h alors que je cherchais quelque chose dans la voiture. Absolument inoubliable!

Les meilleurs points d’eau sont pour moi Craig Lockhart et Vaalpan pour les lions, et Sitsas (juste à l’entrée du camp) pour les guépards qui est un parfait terrain de chasse.

Apres Mata Mata, je me rends généralement tout de suite au camp de Nossob.
La route pour y aller est absolument magnifique. Vous traverserez un vrai désert lunaire de dunes rouges sur lesquelles se tiennent immobiles les Oryx, emblème du parc.
Nossob est entouré d’une savane ouverte, rendant le camp très populaire pour les parties de chasse des prédateurs que vous pouvez même observer du “hide” du camp.
Le camp est beaucoup moins ombragé que Mata Mata, et je trouve qu’il y fait généralement beaucoup plus chaud. Mais on oublie vite la chaleur tant il y a des prédateurs présents autour de cette zone.

Si vous vous levez tôt, vous aurez la chance de voir la timide et rare hyène marron. Et pour les plus tardifs, les vautours se rafraichissant dans les points d’eau ainsi que les aigles Bateleurs.

Là- bas, les meilleurs points d’eau sont Cubitje Quap ou les faucons pygmés chassent les tourterelles, Kwang pour les aigles et vautours, Polentswa pour les léopards et Marie Se Draai et Bedinkt pour les lions.
Vous l’aurez peut-être compris, le Kgalagadi reste une destination qui sort des sentiers battus. On y trouve pas de lodge luxueux (hormis !Xaus Lodge) comme dans la plupart des réserves, mais c’est peut-être aussi ce qui fait son charme.
Y camper est une expérience extraordinaire au cours de laquelle vous serez amené à faire des rencontres intéressantes lors d’un verre autour du feu, ou entendre les rugissements des lions ou bien encore les rires d’une hyène durant la nuit.
Cet endroit reste pour moi l’un des plus spéciaux que j’ai visité, où le tourisme de masse est quasi inexistant. Surtout lorsque l’on se familiarise avec l’endroit et que l’on part dans les camps non clôturés pour camper.
Oubliez donc tout ce que vous croyiez connaître du safari auparavant, vous êtes dans le Kalahari !