Elle est née en 1989 en RDC. Rafiki est une artiste, une curatrice et une éditrice. Elle vit à Oslo en Norvège.
En tant qu’artiste interdisciplinaire, elle utilise le textile, le texte et la photographie pour réimaginer et défier la représentation stéréotypée des espaces, des contextes, des identités et des personnes affectées par la migration mondiale.
Son travail le plus récent est une exploration continue de l’asservissement, de la déshumanisation et de l’hypersexualisation du corps des femmes africaines à travers les systèmes coloniaux et raciaux, la migration globale et forcée et les politiques identitaires.
Parmi ses expositions actuelles, citons sa participation à la plus grande exposition nationale d’art contemporain de Norvège, Høstutstillingen (l’exposition d’automne), Østlandsutstillingen – une exposition collective régionale – et « Babidi Mbapite » (deux est mieux qu’un), une installation dans un espace public du centre-ville d’Oslo.
Rafiki a été commissaire et a participé en tant qu’artiste à l’exposition collective « Good Mourning » au Musée interculturel d’Oslo.
En 2021, elle s’est rendue en République démocratique du Congo à Lubumbashi où elle a participé à des ateliers et des conférences chez Picha. La GAC de l’Asbl Dialogues a accueilli son travail à travers une exposition duo « Risque » avec le plasticien Jean Katambayi.

Le carnet d’adresses de Nicole Rafiki, Les endroits que j’aime:

• Me promener et apprécier l’architecture à Aker Brygge, Oslo.
• M’asseoir pour un café ou passer du temps avec des amis à Curiocity à Maboneng, Johannesburg en Afrique du Sud.
• Faire de la randonnée sur Table Mountain, au Cap, en Afrique du Sud.
• Pique-niquer au jardin botanique d’Oslo.
• Lire au bord de la piscine d’un bel hôtel au bord de la plage à Sengambia, Gambie.
• Créer dans un environnement magnifique à Picha, Lubumbashi, RDC.